Le crowdfunding est-il un investissement à risque ?

5 minutes

Investir sur des plateformes de crowdfunding est de plus en plus populaire en France. Ce mode d’investissement est pourtant très récent. Il y a à peine 10 ans, nous en étions encore aux balbutiements.

Crowdfunding : une réelle opportunité d’investissement

Cette croissance forte est justifiée par :

Malgré tout, le taux de risque n’est pas nul.

Un investissement qui n’est pas sans risque

Novembre 2018, l’association de consommateurs UFC Que Choisir a mis en avant un taux de défaut en constante hausse parmi les principales plateformes de crowdfunding. Selon une étude basée sur 7 plateformes entre février 2017 et octobre 2018, le taux de défaut a bondi de +120% en seulement 18 mois, passant d’une moyenne de 4,3% à 9,5%.

Ainsi, près d’une entreprise financée sur dix  ne rembourse plus ses échéances.

Attention, ces résultats sont à prendre avec des pincettes puisqu’ils prennent en compte les chiffres de 7 plateformes seulement alors qu’il en existe plus d’une centaine en France. De plus, ces plateformes sont celles ayant les taux de défaut les plus élevés et en plus forte progression.

De nombreuses plateformes de crowdfunding tel que Enerfip et WeShareBonds ont un taux de défaut compris entre 0% et 2,50%.

Les risques du crowdfunding

Nous l’avons vu, les risques liés à l’investissement sur les plateformes de crowdfunding ne sont pas nuls. Ici, nous allons approfondir la question des risques encourus lorsque vous placez votre argent sur des projets de financement participatif.

Risque de défaut

Si une entreprise dans laquelle vous avez investi fait défaut, c’est qu’elle ne peut plus rembourser tout ou partie du montant que vous lui avez prêté (crowdlending) ou que vous y avez investi (crowdequity). Cela peut arriver en début, en cours ou en fin de période de placement de votre argent.

Le risque de défaut représente donc le risque de défaut de paiement et/ou de défaillance de l’entreprise dans laquelle vous avez placé votre argent. Vous obtiendrez un rendement moins élevé que prévu, voire vous perdrez tout ou partie de votre investissement.

Risque opérationnel

Les risques opérationnels sont des risques spécifiques à chaque entreprise : son marché, son activité ou bien son organisation interne (management, gestion, business model etc.).

Si l’entreprise dans laquelle vous avez placez de l’argent fait face à des difficultés opérationnelles, vous pouvez perdre tout ou partie de votre capital investi.

C’est pourquoi, il est important de bien analyser la société et son marché avant d’y placer de l’argent.

Contrôle des projets

crowdfunding investissement risquePlutôt que de devoir faire face aux risques de défaut ou opérationnels, il est préférable de les éviter. Comment ? Tout simplement grâce à l’étude de chaque dossier soumis à la plateforme de crowdfunding.

Pour qu’un projet soit mis en ligne sur une plateforme et ouvert aux investissements des particuliers, l’entreprise souhaitant faire appel au financement participatif doit proposer sa candidature et monter un dossier.

La plateforme se doit d’analyser minutieusement chaque dossier afin d’éliminer toute entreprise pouvant être sujette à un risque de défaut de paiement.

Le but de chaque plateforme est d’avoir un taux de défaut global proche de zéro afin d’attirer toujours plus d’investisseurs et de croître leur business.

Cependant, malgré la rigueur avec laquelle chaque plateforme étudie les dossiers, il arrive que des entreprises fassent défaut. N’oublions pas que la plupart des entreprises faisant appel au crowdfunding sont des start ups, des TPE et PME.

Ainsi, il peut y avoir un risque au niveau du contrôle préalable des projets par les experts de la plateforme de finance participative.

Risque d’illiquidité

Lorsqu’un placement est liquide, c’est qu’il est facile de le revendre à un tiers. C’est le cas de nombreux placements en Bourse. Vous pouvez revendre vos actions (placements) sur le marché secondaire.

Au contraire, vos placements sur les plateformes de crowdfunding ne sont pas liquides. Pourquoi ? Parce que les entreprises dans lesquelles vous pouvez investir sont des sociétés non côtées en Bourse. Ce sont pour la plupart des start-ups, des TPE ou PME. Il n’y a pas de marché secondaire sur lequel revendre vos placements.

Ainsi, si vous faites face à des difficultés financières, il sera difficile de revendre vos placements pour récupérer votre argent investi avant la date d’échéance.

Mesures mises en place par les plateformes

crowdfunding investissement risqueComme nous l’avons vu précédemment, un des objectifs primordiaux des plateformes de crowdfunding est de garder le taux de défaut de leurs projets au plus bas, proche de zéro, afin d’attirer toujours plus d’investisseurs mais aussi de projets de qualité.

C’est pourquoi la plupart des plateformes communiquent sur leur procédure de sélection très riguoureuse basée sur des critères exigeants et menée par des experts. Ce que l’on peut vous assurer chez Financer.com, c’est que ces plateformes font de leur mieux pour ne garder que les projets viables dont la probabilité de défaut est quasi-nulle.

Voici d’autres actions mises en place par certaines plateformes pour assurer la sécurité des fonds placés par leurs investisseurs (vous) et la viabilité des projets d’entreprises.

Mesures de sécurité mises en place

  • Contribution financière de la plateforme. Par exemple, WeShareBonds contribue à vos côté à hauteur de 31% du financement du projet.
  • Contribution financière et avis donné par des investisseurs professionnels indépendants. C’est le cas chez WeShareBonds où ces investisseurs investissent jusqu’à 20% du projet.
  • Assurance décès-incapacité offerte. C’est le cas chez Credit.fr.

Que faire pour limiter vos risques de perte

Ci-dessous, quelques conseils pour limiter les risques de perte de votre capital lorsque vous investissez sur des plateformes de finance participative. Vous les connaissez probablement mais ils sont capitaux.

Conseil n°1 : Investir dans des plateformes crowdfunding fiables et reconnues

Il est facile pour les plateformes « nouvelles arrivantes » sur le marché d’avoir un taux de défaut de 0%. Elles bénéficient de la chance du débutant et les entreprises n’ont pas encore eu le temps de « faire défaut ». Attention donc  lorsque vous investissez sur de nouvelles plateformes.

Nous vous recommandons de privilégier les plateformes qui ont fait leurs preuves comme celles que nous vous recommandons sur notre site (voir notre page dédiée au crowdfunding). Vous pouvez ensuite investir une partie de votre capital sur de nouvelles plateformes du moment que d’éventuelles pertes n’affectent pas votre budget.

Conseil n°2 : Analyser chacun des projets dans lesquels vous placez votre argent

Même si chaque plateforme met en place une procédure de sélection des projets avant de les ouvrir au financement, nous vous encourageons à bien étudier chacun des projets dans lesquels vous investissez.

On n’est jamais à l’abri d’une erreur de sélection.

Conseil n°3 : Diversifiez vos investissements

Comme pour tout type d’investissement, il est primordial de diversifier ses placements.

Comment diversifier ses placements avec le crowdfunding ?

Tout simplement en investissant son capital sur différentes plateformes mais aussi sur différents projets au sein de chaque plateforme. Le montant minimum d’investissement sur chaque projet est d’environ 20€ à 50€ suivant les plateformes, ce qui vous permet de diversifier aisément vos placements.

Conseil n°4 : N’investir qu’une partie de son capital

Ce conseil est évident mais il est toujours bon à rappeler : n’investissez seulement le capital que vous pouvez vous permettre de perdre. C’est à dire que si vous n’avez plus cet argent à votre disposition, vous pouvez toujours mener votre vie sans faire face à des diffcultés financières.

Une règle généralement recommandée est d’investir uniquement 5% de son capital.